Vasterival

 

« Vasterival c’est l’histoire d’une plage, de sa matérialité et de son immatérialité, de la dérive d’un littoral. C’est aussi un voyage sur la route de la céramique, qui a mené l’artiste à initier un processus de création de Limoges à Delft puis à Aveiro. »

Tout part de la rencontre avec un site, une valleuse en Normandie, avec ses falaises, et rochers sculptés par la mer et à leurs pieds une plage. L’émerveillement pour ce que la nature est capable de créer et qui est en train de disparaitre. Alors pourquoi ne pas en garder la mémoire avec comme « point de fuite » le moulage de cette plage, en garder l’empreinte. La plage change à chaque marée, la matière bouge et se déplace, entreprise utopique donc de se confronter à cette migration invisible des éléments, à ces paysages instables, fascinants tout autant qu’inquiétants. À cette histoire de migration de la matière minérale s’est couplée celle des hommes et celle de l’histoire de la céramique, celle des influences entre civilisations et de croisement des cultures. Ce projet, en développement depuis 10 ans me pousse au voyage. En longeant le littoral, je suis d’abord montée au nord pour une résidence à la célèbre manufacture Royal Delft aux Pays-Bas. Le littoral vers le sud m’a emmenée dans l’imposante manufacture Vista Alegre près d’Aveiro au Portugal.
Quelque soit le pays, le lieu, ma démarche reste la même avec comme postulat de départ la curiosité de la rencontre. La rencontre avec les gens et avec les lieux, avec leur histoire, leur culture, leurs gestes. Un ensemble de mediums, émergent de ce temps d’immersion, céramiques, photographies, dessins, vidéos.
Ils incarnent chacun à leur manière l’esprit du lieu et l’angle personnel par lequel je perçois un contexte. La pièce qui nait de cette matière protéiforme croise époques, traditions et formes contemporaines.

LAURE DELAMOTTE-LEGRAND I Biographie

Architecte de formation, la plasticienne, vidéaste et scénographe découvre au cours de ses études la notion  de « Génie du lieu », laissant son empreinte sur sa production avec un vif intérêt pour la question du contexte. À cela s’ajoute une forte sensibilité pour la danse contemporaine, qu’elle alimente par un DEA d’Étude Théâtrales et Chorégraphiques à Paris VIII, axés sur l’analyse du mouvement. Elle explore les questions de présence du corps dans l’espace : le mouvement et le geste ; dans des travaux solitaires de plasticienne autant que dans des collaborations avec le milieu de la danse contemporaine. Elle se forme à la vidéo, outil essentiel dans ce que qu’elle souhaite exprimer du geste et de la présence. L’identité de ses créations est hybride : objets, photographies, performances et vidéos sont rassemblées dans des dispositifs ou installations, présentés depuis une quinzaine d’années dans des centres d’art, centres chorégraphiques et scènes nationales. Ces multiples supports sont autant de facettes complémentaires pour raconter un contexte, une atmosphère sensible, une ou plusieurs rencontres. La rencontre de l’autre et son « témoignage gestuel » font partie des fondamentaux de son processus de création. Elle aime à se dé nir en tant que plasticienne du geste et de la danse. Depuis une quinzaine d’années elle collabore activement avec Julie Nioche et elle a collaboré avec de nombreux autres chorégraphes (Thierry Thieû Niang, Emmanuelle Vo-Dinh, Shifts, Margot Dorléans, Lisa Da Boit, Pierre Droulers, Mustafa Kaplan, Donata Durso). De 2014 à 2021 elle a travaillé en étroite collaboration avec Le Phare Centre Chorégraphique National du Havre Normandie. Elle y intervient en tant que plasticienne et vidéaste. Elle y a présenté, dans le cadre du Festival Pharenheit, une série photographique « Lock Unlock » en 2015, son film « Un, Nous » en collaboration avec le chorégraphe Thierry Thieû Niang en 2016 et une installation vidéo danse «Dolldrums» en 2018. Elle est actuellement en résidence au CRAFT Limoges, pour la création d’une installation qui croise vidéo et céramique. En parallèle de ses créations, elle réalise depuis dix ans des captations vidéo pour la danse contemporaine. Une sélection de vidéos réalisées sur des pièces de Julie Nioche ont été diffusées dans la programmation de Videodanse à Beaubourg. Depuis 1998, elle dirige ponctuellement des ateliers ou workshops en arts plastiques et scénographie, en partenariat avec de nombreuses structures culturelles des arts visuels ou du spectacle vivant. De 2007 à 2013, elle a été commissaire d’expositions pour des événements d’art contemporain : Les Dessous du patrimoine et Rouen Impressionnée pour la Ville de Rouen ; et coordinatrice artistique en 2011 de la Grande Veillée, (festival Automne en Normandie).

@Lauredelamottelegrand

http://www.laure-delamotte-legrand.org

Vasterival, 2019

Œuvre en porcelaine biscuit prenant la forme d’un modelage de rocher existant.

Dans le cadre de la résidence la Bande des Havrais, Laure Delamotte-Legrand, est partie à Limoges et Delft de septembre 2018 à janvier 2019 dans le but de mener à bien une création en porcelaine.

Le MuMa Le havre (Musée d’art moderne André Malraux)  a accueilli du 23 février au 14 avril 2019 Retour du Vaste Monde et présenté une partie de l’oeuvre Vasterival

Plus d’informations

Dix ans plus tard cette aspiration devient réalité en partenariat avec le CRAFT et la réalisation d’une trentaine de rochers de porcelaine, qui constituent la plage verticale. Leur répartition spatiale sur le mur est travaillée en écho aux relevés effectués sur la plage réelle et au mode d’organisation de la matière sur cette étendue naturelle. Entre rêverie étrange et mur d’escalade, cette plage fictive déplace et fait disparaitre l’horizon en basculant le paysage à la verticale, perturbant le point de vue.

Une première période de recherche a été menée en janvier 2022 au CDA d’Enghien-Les-Bains, avec des expérimentations sur le croisement entre projection vidéo et dispositif lumière avec des découpes de théâtre. La recherche en cours vise à bousculer les notions d’échelle et de  perception du paysage. Elle consiste en  l’élaboration d’un cycle, avec sa propre temporalité, sa propre lenteur. Une «dramaturgie» de la lumière qui dessine et met en mouvement les ombres portées des rochers de porcelaine, mettant en tension matérialité et immatérialité de la pièce, entre réalité et abstraction. Le rapport au temps et à la contemplation aura une place prédominante dans cette installation. Une création sonore, créée en collaboration avec le percussionniste belge Eric Thielemans, dialoguera de manière aléatoire avec le cycle de lumière. Des nappes de sons envelopperont l’espace et le public pour une expérience immersive.

Dans le cadre de la saison France-Portugal 2022, la Ville de Rouen et la ville d’Aveiro (Portugal) se sont associées à la Manufacture de porcelaine Vista Alegre pour accueillir l’artiste en résidence de création du 1er au 18 novembre 2022.

La résidence a débuté par la découverte de la lagune d’Aveiro et son littoral à la recherche d’un rocher afin d’en prélever l’emprunte en plâtre. La suite s’est déroulée au sein de Vista Alegre, en collaboration avec de nombreux interlocuteurs, chacun spécialiste d’un métier : une succession de gestes techniques et de réunions ont permis de définir le chemin pour sortir en porcelaine le rocher du littoral portugais. Cinq pièces, numérotées et signées, sont en cours de réalisation et seront finalisées lors d’une seconde résidence en juillet 2023 dans le cadre de la Biennale Internationnale de céramique artistique d’Aveiro. Pendant cette seconde période Laure Delamotte-Legrand va peindre à la main l’intérieur des rochers de porcelaine.

RETOUR AUX ARTISTES RETOUR AUX ŒUVRES